Page d’accueil > Teinture shibori d’Arimatsu × Tsugumono > Qu’est ce que la teinture shibori d’Arimatsu?

Qu’est ce que la teinture shibori d’Arimatsu?

Histoire de la teinture shibori d’Arimatsu

Une technique artisanale ancestrale, recherchant en permanence la nouveauté depuis quatre siècles.

L’histoire de la teinture shibori est très ancienne au Japon et remonte à l’ère Nara. Sa forme primitive, appelée « Kanoko shibori », serait parvenue de l’Asie centrale au Japon par la route de la soie en traversant les mers. La teinture shibori d’Arimatsu est née il y a quatre siècles et débute avec les serviettes en coton de Mikawa teintes selon la technique du shiborizome – ou teinture nouée – vendues comme souvenirs dans le petit village d’Arimatsu, situé sur la route du Tokaïdo, par Shokuro Takeda, le fondateur, alors désireux d’établir une nouvelle industrie. Le village d’Arimatsu devient de plus en plus prospère grâce à la notoriété atteinte par la teinture shiborizome. Si les activités commerciales du village commencent à décliner après la Restauration de Meiji, la recherche et l’utilisation de nouvelles techniques – dont arashi shibori, ou teinture enroulée sur support avec motifs en diagonale permettant de produire en grand nombre grâce à l’utilisation de machines en bois - font naître une multitude de nouveaux motifs. Le shibori d’Arimatsu est un artisanat ancestral qui, dans un cycle constant de croissance et de déclin, n’a cessé de se transmettre grâce à la recherche en permanence de la nouveauté.

Les particularités du shibori d’Arimatsu

De nouveaux motifs et de nouvelles formes que seul le travail fait main peut créer.

Le shibori d’Arimatsu se caractérise tout d’abord par l’immense variété des procédés qu’il met en oeuvre. Il existe, dit-on, plus de cent variétés de teinture shibori nées tout au long de son histoire, dont le mokume-nui shibori ou en lignes droites « grain de bois », le karamatsu-nui shibori en cercles concentriques « mélèze du Japon », le ori-nui shibori « pliage et couture » pour des motifs linéaires et le tegumo shibori ou toile d’araignée. Parmi toutes les techniques de teinture shibori du monde entier, une telle abondance ne se retrouve qu’à Arimatsu. Malgré leur diversité, les motifs créés par un nombre incalculable de procédés, dont la litagure, la couture et le pliage entre autres, ont tous la beauté inimitable du fait main. La teinture shibori se distingue également par la douceur et la chaleur des reliefs apportés aux tissus qui conviennent parfaitement à des articles confortables et frais sur la peau, comme les yukata en coton.

Qu’est-ce que c’est, cet ensemble de fronces?

Cet ensemble de fronces, c’est en réalité un tissu avant l’étape du retrait des fils dans le procédé de fabrication du shibori d’Arimatsu. La fabrication du shibori d’Arimatsu a généralement lieu selon les procédés expliqués ci-dessous. Les différents travaux sont minutieusement répartis entre les artisans, chacun spécialiste d’un procédé précis, et il faut donc faire appel à plusieurs maîtres artisans pour réaliser un seul article. La finition varie considérablement, avec des différences subtiles des couleurs ou des motifs obtenus selon la force apportée par le maître teinturier. Il est difficile, même à l’artisan le plus aguerri, de produire deux produits parfaitement identiques.

Les procédés de fabrication du shibori d’Arimatsu

Sélection du motif (dessin)
Le motif est dessiné par un artisan maîtrisant parfaitement les techniques requises.

Gravure du motif
Le dessin est posé sur un papier et le motif est imprimé par gravure au poinceau pour créer un pochoir.

Impression du dessin
Le pochoir est placé sur un tissu blanc pour imprimer le motif à la brosse avec une solution d’iode et d’amidon produisant une couleur appelée aobana ou fleur bleue.

Nouage
Il s’agit du procédé permettant de préserver certaines parties du tissu de la teinture et de réaliser ainsi le motif. Il existe plusieurs manières de procéder selon la technique choisie et les outils utilisés diffèrent également. Parmi ces outils, on peut citer le support karasuguchi, le support kanoko et le support makiage.
※La photo montre le procédé de tegumo shibori du shibori.

Teinture
La teinture est effectuée par un artisan teinturier spécialisé. La teinture shibori a généralement lieu selon le procédé par bain de teinture appelé hitashizome, mais il existe également bien d’autres procédés particuliers pour teindre les tissus.

Retrait des fils
La teinture shibori est une teinture à la réserve qui préserve certaines parties du tissu de la teinture en nouant des fils qui sont donc particulièrement bien serrés. Le retrait des fils est une opération délicate effectuée à la main en prenant soin de ne pas endommager le tissu.

Finition à l’eau chaude
Le tissu est passé à la vapeur et le dernier procédé consiste à lui redonner de la largeur et à lui apporter une dernière finition à la main.